Et si je créais ma marketplace ?

Les marketplaces (ou places de marché) ont le vent en poupe. Avec les succès d’Airbnb, d’Uber et de BlaBlaCar ou de plateformes plus anciennes comme eBay ou PriceMinister (aujourd’hui propriété du groupe japonais Rakuten), beaucoup de startups se lancent sur ce créneau en créant des marketplaces de niche, particulièrement en B2C, qui sera le propos principal de cet article.

On pourra ainsi citer PrivaTEASER (lancé récemment par des français pour louer ou privatiser des bars sur Paris), des alternatives à Airbnb comme Sejourning ou GuesToGuest, des services de locations d’objets divers entre particuliers comme e-loue ou encore des services de location de voitures entre particuliers comme OuiCar.

Cependant, même sur un marché de niche, lancer une marketplace nécessite des investissements humains et/ou financiers importants. En effet, il convient de développer dans un premier temps une plateforme. Si certaines startups disposent d’un ou plusieurs profils techniques dans l’équipe pouvant mener à bien ce projet, d’autres équipes sont dans l’obligation de sous-traiter le développement. Dans tous les cas, la mise en place de la plateforme sera coûteuse en temps (quelques mois de développement) ou en argent (en général 15 à 20k€ minimum pour une première plateforme opérationnelle).

Mais lorsque l’on souhaite simplement tester un marché sur lequel la viabilité économique n’est pas assurée, investir plusieurs mois de développement ou plusieurs milliers d’euros seulement sur la partie technique est parfois trop risqué. En effet, il ne faut pas oublier que la plateforme n’est qu’un préalable à l’activité et qu’il faudra ensuite consacrer son énergie et un peu d’argent à l’acquisition des clients et partenaires. Comment, dans un tel contexte, lancer une marketplace de test ?

Pour répondre à ce dilemme, il convient de faire quelques sacrifices et d’accepter que sa première plateforme ne sera pas celle idéale rêvée depuis des mois. Une fois ce sacrifice acquis, on peut alors se tourner vers des solutions pour quelques centaines d’euros qui permettront en quelques semaines et parfois quelques minutes de monter sa première marketplace.

Dans les solutions extrêmement rapides à mettre en place, je vous conseillerai la plateforme finlandaise Sharetribe qui permet en quelques clics et pour quelques dollars par mois (à partir de 39$ par mois) de créer une marketplace pour vendre produits ou services et ainsi de tester son business model.

Si cette solution se paramètre en à peine 20 minutes, avec intégration Paypal comprise (et gestion de l’encaissement pour compte de tiers), elle n’est cependant pas très modulable et trouvera rapidement ses limites. Cependant, développée en OpenSource, vous pourrez télécharger le code, le déployer sur vos propres serveurs (voir l’article dédié) et le modifier à vos envies dans un second temps.

Sur des solutions plus souples, on pourra se tourner vers des modules marketplaces développés pour les plateformes e-commerce. Il faut néanmoins s’y connaitre un peu plus en technique et ces solutions ne seront pas à la porté des débutants.

Dans les solutions e-commerce classiques, on trouve les très connus Magento ou PrestaShop et le un peu moins connu en France OpenCart. Ces solutions ont été développées à l’origine pour créer de simples boutiques en ligne mais ont, au fil du temps, été complétées par des modules développés par des entreprises tierces pour les faire évoluer.

Webkul est ainsi l’un des principaux éditeurs de solutions marketplaces pour plateforme e-commerce avec des modules vendus en moyenne entre 200$ et 350$. Vous aurez ensuite liberté de paramétrer vos modules en fonction de vos besoins et de rajouter des add-ons (livraison UPS, connexion eBay…). A noter que les add-ons sont particulièrement bien développés pour la plateforme Magento et vous permettront de transformer Magento en boutique multi-vendeurs (350$) ou en plateforme de réservation à la Airbnb (compter 550$).

MultiMerch est également un éditeur de solutions marketplace sur OpenCart et présente l’avantage d’offrir son module de base de marketplace de manière totalement gratuite et en Open Source. J’ai particulièrement « craqué » pour OpenCart et MultiMerch et que vous je présenterai dans un prochain article.

Enfin, si vous n’avez par l’habitude des solutions e-commerce mais utilisez plutôt des CMS comme Joomla! ou des solutions de blog comme WordPress notez que Webkul vous proposera également des solutions. Pour les fans d’OpenSource qui utilisent Drupal, vous trouverez également des modules gratuits pour transformer Drupal en marketplace avec Commerce-Marketplace et Ubercart Marketplace. Les paramétrages sont néanmoins très complexes et, à moins d’avoir un peu d’expérience avec Drupal, je ne conseille pas vraiment cette solution.

Votre marketplace « test » ayant ainsi été mise en place, vous pourrez alors tester votre business et décider ou non de le développer. Il vous faudra alors probablement recruter des ingénieurs pour transformer votre plateforme « test » en plateforme à votre image ou faire appel à des prestataires. Dans les leaders français on notera (liste non exhaustive) Mirakl, Sofracs, ou la toute jeune startup Iceberg Marketplace (qui semble pour le moment proposer ses solutions plutôt en B2B mais qui saura vous écouter pour un projet B2C). Côté américain, vous pourrez faire appel à Near Me. A noter que Near Me et Iceberg Marketplace se distinguent de leurs concurrents en ayant un back office déjà prévu pour les marketplaces ce qui devrait vous permettre de gagner du temps et de l’argent.

6 commentaires

    1. Oups, oui désolé !
      Je consacre actuellement d’ailleurs une série d’articles sur vous pour installer Sharetribe sur AWS. Je viens juste de publier le premier article. 🙂

    2. Bonsoir Thomas,
      J’ai créé il ya plusieurs mois une marketplace de location sur sharetribe. La création est effectivement très simple et rapide. Par contre, c’est un travail immense pour amener les utilisateurs a y déposer leurs objets en location. Trouver ensuite les locataires potentiels, au début, n’est pas évident. Et je me rends compte maintenant, que tout ce travail n’a servi à rien puisque la plateforme ne propose aucun moyen d’éviter les échanges directs de coordonnées entre utilisateurs. Il est impossible de rentabiliser le cout de l’abonnement …

      1. Bonjour Bri!

        En effet, faire grandir une place de marché est un travail gigantesque, notamment pour créer la « liquidity » en y accueillant suffisamment et rapidement le bon nombre de vendeurs et acheteurs. Ce doit être, au début, la majeure partie de votre travail (et l’intérêt de Sharetribe est que vous n’avez pas à consacrer de temps aux aspects techniques, vous laissant libre pour faire croître votre projet).

        Avez-vous rencontré beaucoup de situation où vos utilisateurs ont échangé directement hors de la plate-forme ? Dans tous les cas, cela pourra toujours se produire cependant vous devez en effet adapter votre projet et offre pour que votre site amène le maximum de valeur à vos utilisateurs, le rendant indispensable. Par exemple, sans utiliser le système de paiement il n’est pas possible pour les utilisateurs de se noter : un bon vendeur ne bénéficiera donc pas de bons avis et perdra probablement des ventes. De plus, par exemple avec PayPal, utiliser le système de paiement permet de bénéficier d’assurances, ce qui n’est évidemment pas le cas en relation directe.

        Sur la Marketplace Academy, nous avons d’ailleurs dédié un article complet à ce sujet : https://www.sharetribe.com/academy/how-to-discourage-people-from-going-around-your-payment-system/

        Enfin, n’hésitez pas à contacter les utilisateurs qui échangent directement pour apprendre pourquoi ils agissent ainsi. C’est le meilleur moyen de comprendre comment améliorer votre approche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *