J’ai attiré votre attention dans l’article sur l’encaissement pour compte de tiers sur la nécessité de passer par un organisme financier extérieur pour gérer les flux financiers. En effet, la loi française n’autorise pas la gestion de l’argent d’un tiers (en l’occurence le vendeur), sauf à être un établissement bancaire ou assimilé. Dans la même logique, il est très important de bien comprendre le mécanisme de facturation d’une marketplace.

En effet, la marketplace n’est qu’un facilitateur de relation entre le vendeur et l’acheteur. Elle n’intervient en aucun cas dans la transaction (négociation du prix, envoi de l’objet, description de l’objet…). De la même manière qu’elle n’a pas à percevoir l’argent de l’acheteur pour le transmettre au vendeur, elle n’a pas à éditer les factures pour l’objet ou le service en vente (elle éditera bien évidemment une facture pour l’utilisation de la place de marché, mais pas pour le produit ou le service).

Lire la suite de

Lorsque l’on crée sa marketplace, il est tentant de vouloir agir en tant qu’intermédiaire de paiement, c’est-à-dire, collecter les fonds de la vente, puis reverser au vendeur sa quote-part dans laquelle vos commissions on été déduites. Avec un tel schéma, on limite en effet les risques de défaut de paiement de la part du vendeur, qui pourrait très bien encaisser les fonds de la vente sans reverser votre commission. Cependant, ce schéma appelé, « encaissement pour compte de tiers » est très réglementé par la loi française. En effet, vous encaissez de l’argent qui ne vous appartient pas, pour le reverser ensuite au vendeur. Vous exercez alors une activité financière normalement réservée à certains acteurs financiers.

Votre première option pourrait être de faire une demande d’accréditation auprès de la Banque de France dont l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) veillera à la bonne application, mais sachez que celle-ci sera longue à obtenir (plus de 2 ans) et très coûteuse (certaines sources évoquent des montants avoisinant les millions d’euros). Elle est donc plutôt réservée aux grosses entreprises comme PriceMinister qui est enregistré en qualité de mandataire d’intermédiaire bancaire et services de paiement. Par ailleurs, vous risquez de vous disperser dans des activités qui ne concernent pas votre coeur de métier et de perdre ainsi beaucoup d’énergie. Heureusement, il existe des alternatives légales afin d’éviter une telle accréditation.

Lire la suite de

Votre marketplace est opérationnelle et vous pouvez maintenant accueillir des vendeurs sur votre plateforme et recueillir des frais de plateforme (voir étape 3). Comme nous l’avons vu dans la philosophie de MultiMerch,  l’acheteur paiera ses achats directement au gestionnaire de la plateforme qui devra ensuite effectuer un virement PayPal au vendeur, de manière manuelle, en soustrayant au passage ses frais de plateforme (commissions).

Je vais vous introduire ici le fonctionnement du reversement manuel des bénéfices d’une vente au vendeur.

Lire la suite de

Nous venons d’installer MultiMerch pour la première fois sur OpenCart (voir Etape 2 de ce tuto). Il convient donc maintenant de le prendre en main pour paramétrer sa première marketplace.

Avant de réaliser la prise en main, il est important de comprendre le philosophie de fonctionnement de MultiMerch.

MultiMerch donne la possibilité à toutes les personnes qui s’inscrivent sur votre site de devenir des vendeurs. Pour devenir « vendeurs », elles devront en faire la demande sur leur espace personnel, avec validation de la part du gestionnaire s’il le souhaite. Ensuite, chaque vendeur pourra mettre en vente un ou plusieurs produits (également avec validation de le part du gestionnaire de la marketplace s’il le souhaite).

Le gestionnaire de la plateforme, de son côté, pourra prélever des frais auprès des vendeurs pour se rémunérer (cela reste facultatif), qui pourront être de type :

  • Commissions sur les ventes effectives de chaque produit (avec un fixe et/ou un variable)
  • Frais d’inscription pour devenir vendeur (frais fixes)
  • Frais de listing de produits (pour chaque produit mis en vente sur votre plateforme, avec un fixe et/ou un variable)

Enfin l’argent des ventes de chaque vendeur est géré sur un Porte-Monnaies virtuel, ce qui ne donne pas accès aux vendeurs aux fonds sans l’accord du gestionnaire (fonctionnement similaire à PriceMinister). Si ce fonctionnement présente l’avantage de laisser au gestionnaire la maîtrise des fonds, attention cependant à la loi française qui règlemente cette pratique. La plateforme fait ce que l’on appelle de l’encaissement pour compte de tiers qui est très réglementé (il faut disposer d’une autorisation que vous n’aurez probablement pas en tant que startup). Je vous détaillerai cette pratique dans un autre article avec les solutions techniques pour rester dans la légalité.

Lire la suite de

Après vous avoir présenté comment installer OpenCart et le paramétrer en français (voir article), je vais, dans ce nouvel épisode, vous détailler l’installation de MultiMerch.

Pour rappel, MultiMerch est un add-on à OpenCart qui permet de transformer OpenCart en marketplace, parfois appelée boutique multivendeurs. Le concept est de pouvoir ouvrir votre plateforme à une multitude de vendeurs qui pourront vendre leurs produits. Vous pourrez, en échange, toucher une commission sur chaque vente. Le noyau de MultiMerch a l’avantage d’être disponible gratuitement et en OpenSource, ce qui vous permettra de créer votre markeplace sans investissement majeur. Les options seront néanmoins limitées et il vous faudra probablement ensuite acquérir des modules payants. L’objectif étant pour le moment de simplement lancer une plateforme de test avec le minimum de ressource, j’avoue avoir particulièrement craqué pour MultiMerch.

Lire la suite de