La première étape de l’installation de Sharetribe nous a permis de préparer l’ensemble des éléments pour accueillir Sharetribe chez Amazon Web Services (AWS), soit le serveur (EC2), la base de données MySQL (RDS) et le système de stockage des données (S3). Il convient maintenant de lancer à proprement parler l’installation de Sharetribe sur le serveur.

Lire la suite de

Amazon Web Services (AWS pour les intimes) est l’offre d’hébergement dans le Cloud probablement la plus utilisée et la moins onéreuse au monde. Les plus grands acteurs du monde comme AirBnB ou Netflix l’utilisent. Si OVH propose une offre alternative appelée RunAbove et hébergée en France, AWS marque encore un point en proposant une offre initiale 100% gratuite pendant un an, de quoi attirer startups et projets à faibles investissements. L’offre OVH peut néanmoins être intéressante dans le cas de projets internet sensibles. En effet, n’oublions pas que le Patriot Act permet au gouvernement américain de saisir l’ensemble des données hébergées par une entreprise américaine, y compris Google.

Dans mon cas, et pour l’installation de Sharetribe en mode test, j’ai évidemment couru vers AWS et son offre gratuite. Le tuto sera donc basé sur cet hébergement, mais duplicable sur tout serveur Unix (j’avais fait un premier test sur Mac OS qui a été très concluant). [Note : si une personne d’OVH lit ce blog, n’hésitez pas à me faire une offre de test de RunAbove, je serai ravi de faire un tuto :-)].

Dans cette première étape, nous allons nous intéresser uniquement à l’offre d’AWS et à son paramétrage. Un petit tour rapide sur la page GitHub de Sharetribe nous apprend que nous aurons besoin de Ruby, RubyGems, Bundler, Git, MySQL, Sphinx et ImageMagick pour démarrer l’installation de Sharetribe. Nous installerons donc également ces outils sur notre serveur d’AWS. [Note : Ruby n’étant plus disponible sur l’offre mutualisée d’OVH, c’est ce qui m’a amené à me tourner vers AWS. Il se peut que l’installation de Sharetribe fonctionne sur un serveur mutualisé 1&1 qui supporte Ruby, mais je n’étais pas sûr de la possibilité d’installer Sphinx ou ImageMagick sur un mutualisé 1&1. Si vous avez des retours sur ce point, je reste intéressé].

Lire la suite de